Françoise Villedieu


Vous êtes ici




Historienne de formation, Françoise Villedieu s’est initiée à l’archéologie en participant à trois chantiers de fouilles, avant d'en diriger six autres, en France, en Italie et en Tunisie

En parallèle, elle s’est intéressée à la culture matérielle antique, puis elle a accordé une attention croissante à l’architecture, à la topographie et à la fonction des édifices.

En 1985, l’École française de Rome lui proposait de participer aux recherches qu'elle entreprenait sur le Palatin. À l’issue de quatorze campagnes, elle a livré, sous la forme d'une monographie, d'une exposition et de nombreux articles, des résultats qui modifient radicalement les connaissances touchant un secteur central de la Ville antique. Cette histoire du site est largement dominée par le chapitre portant sur la formation et les transformations de la résidence des empereurs, dont témoignent les vestiges d'une domus augustéenne, puis ceux d'un corps du palais de Domitien, réorganisé autour d'un grand temple au IIIe siècle.

La salle à manger tournante du palais de Néron, découverte récemment, complète cette fresque et c'est principalement sur cet édifice remarquable que porteront ses futures recherches.

Présentation des travaux de Françoise Villedieu

Depuis 1985, Françoise Villedieu participe aux travaux de l'équipe qui intervient sur le site de la Vigna Barberini, la vaste terrasse artificielle qui, dans l’angle nord-est du Palatin, domine la Vallée du Colisée, ainsi que les arcs de Titus et de Constantin.

Les fouilles réalisées par l’École française de Rome, en collaboration avec la Surintendance, ont livré des témoignages d’une occupation qui couvre vingt-neuf siècles et le chapitre le plus brillant de cette longue histoire correspond à la période durant laquelle la résidence des empereurs s'est étendue progressivement sur toute la colline.
Sous le principat d’Auguste, une somptueuse domus est bâtie dans la moitié sud du site ; incorporée au domaine impérial, elle fut ensevelie à la fin du Ier siècle sous un corps du palais de Domitien, dont la découverte et l'identification ont modifié radicalement la perception que l’on avait du complexe palatial. Grâce aux informations livrées par le terrain, il est possible de suivre les transformations opérées par Hadrien, puis par ses successeurs.
Le bâtiment, gravement endommagé par l’incendie de 191, fit l'objet d'une reconstruction ayant abouti à un profond remaniement de l’espace, organisé au début du IIIe siècle autour du temple dédié d’abord à Sol Elagabalus, puis à Jupiter Ultor.
En 2009, un sondage réalisé par Françoise Villedieu, a permis de compléter ce tableau en démontrant qu’un pavillon de la Maison Dorée de Néron se dressait sur une partie du site. Le bâtiment partiellement mis au jour est une réalisation architecturale admirable et insolite, conservant des traces d'un mécanisme hydraulique. Il s'agit vraisemblablement d'une œuvre de Céler et Sévère les architectes / ingénieurs qui, selon Tacite, ont participé à la construction de la Domus Aurea et de nombreux indices suggèrent de l'identifier à la salle à manger tournante de ce palais décrite par Suétone.

Françoise Villedieu et son équipe




Répertoire: